De la Joya Biu Biu à Balangan Beach

27 octobre 2014



De la Joya Biu Biu à Balangan Beach

Il y a des vues dont on ne se lasse jamais et qu’on aimerait incruster dans nos pupilles pour toujours. 
L’immensité de l’océan me fait toujours cet effet-là, quel qu’il soit, de mon cher océan atlantique qui a bercé quantité d’été, jusqu’à l’océan indien que je retrouve régulièrement au cours de mes périples, la sensation est la même.

C’est probablement pour cela que j’ai autant apprécié La Joya Biu Biu lors de mon séjour à Bali.
Situé quasiment à flanc de falaise, vue plongeante sur l’océan, petite plage directement accessible juste en dessous, l’atmosphère,  qui y règne,  traduit parfaitement la légendaire quiétude et maitrise des indonésiens, tout se passe en douceur, dans le calme, l’harmonie et la convivialité.

Mommy de Xavier Dolan

26 octobre 2014



Fin de séance, première réaction qui vient en tête est : quelle claque, quel choc.
Et pourtant Mommy de Xavier Dolan est tout sauf un film choc.
Les nuances sont bien là, une à une, elles apparaissent, le temps de prendre un peu de recul.

Dès la 1ere scène, d’emblée, la beauté du plan est éblouissante, autant que l’image de Diane qui ferme les yeux, arrache une pomme d’un arbre et, sans le savoir, profite de ses derniers instants de liberté.

Georges Rousse à la Base sous-marine

19 octobre 2014



A moins que je ne puisse y retourner, il m’arrive rarement de passer plus d’une heure dans un musée ou une galerie, j’admire quelques œuvres que je sélectionne un peu au hasard, en fonction de la foule agglutinée ou pas devant et du coup de foudre, et au bout de cette petite heure , la plupart du temps,  je me réjouis de savoir que j’aurais le luxe de pouvoir revenir quelques jours ou quelques semaines plus tard.

 J’ai abordé l’exposition Georges Rousse à la base sous-marine de cette manière-là, d’autant que la sérénité et la solennité des lieux se prêtent à plusieurs visites.

L’éloge de l’énergie vagabonde de Sylvain Tesson

16 octobre 2014



Ouvrir la première page d’un livre de Sylvain Tesson, c’est forcément s’engager dans une addiction qui ne se termine qu’une fois terminée la dernière page de l’ensemble de ses romans.

Je n’en suis pour l’instant qu’au début et c’est avec bonheur et envie d’évasion, que ce soit de mon âme, de mes pensées, de mes idées, que juste après l’Axe des Loups, j’ai  enchainé sur L’éloge de l’énergie vagabonde, opus qui emprunte autant au récit de voyage qu’à l’essai écolo-politico-philosophique.

L’auteur, tel un héros des temps modernes avec une philosophie de la nature, des cultures et du monde bien à lui présente un parallèle entre l'énergie naturelle dont est doté l'homme et les énergies artificielles que produisent nos sociétés.

Il aime marcher et observer, comprendre le monde.
Dans L’éloge de l’énergie vagabonde, il se rend en Asie Centrale, là ou crachent les puits de pétrole de la mer d’Aral et de la mer Caspienne.

La Photo du mois : Prendre l'air

15 octobre 2014



Prendre l'air sur le miroir d’eau, en plein cœur de Bordeaux, les pieds au frais,  
Au choix, porter son regard au loin sur le pont Ba-Ba ou s'éterniser sur les détails de la fontaine des 3 grâces
Fermer les yeux et s’imaginer marchant au milieu des rizières ou face à l’océan indien, et repartir



A'icha, Agathe, Agnès, Agrippine, Akaieric, Alban, Alexinparis, Alice Wonderland, Angélique, Anne, Annick, Arwen, Aude, Autour de Cia, Ava, Bestofava, BiGBuGS, Blogoth67, Blue Edel, Brindille, Calamonique, Cara, Cécile Atch'oum, Céline in Paris, CetO, Champagne, Chat bleu, Chloé, Christophe, Cocazzz, Crearine, Cricriyom from Paris, Dame Skarlette, DelphineF, Destination Montréal, E, El Padawan, Elsa, Estelle, Eurydice, Eva INside-EXpat, Fanfan Raccoon, François le Niçois, Frédéric, Galinette, Gilsoub, Giselle 43, Gizeh, Guillaume, Homeos-tasie, Isa ToutSimplement, Isaquarel, Josiane, Julia, Kenza, KK-huète En Bretannie, Krn, La Dum, La Fille de l'Air, La Flaneuse, La Nantaise à Paris, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Laurie, Lavandine, Lavandine83, Les bonheurs d'Anne & Alex, Les Filles du Web, Louisianne, Loulou, Lyonelk, magda627, Mahlyn, Mamysoren, Maria Graphia, Marie, Marmotte, MauriceMonAmour, Memories from anywhere, Milla la galerie, Mimireliton, MissCarole, Morgane Byloos Photography, Nanouk, Nicky, Philae, Photo Tuto, Pilisi, Pixeline, princesse Emalia, Renepaulhenry, Rythme Indigo, Salon de Thé, Sandrine, Sephiraph, Sylvie, Tambour Major, Tataflo, Testinaute, Thalie, Tuxana, Vanilla, Xoliv', Yvette la Chouette, Zaza

Tomorrow’s Modern Boxes de Thom Yorke

12 octobre 2014



Du 7eme Art à la musique, il n’y a qu’un pas, ou un battement de paupière ou juste un cil , à votre convenance …
Chez moi, l’un ne va pas sans l’autre , ou plutôt, si je ne suis pas au cinéma, j’écoute de la musique et si j’écoute de la musique, je ne regarde pas un film à la TV …

Opening nights de John Cassavetes

11 octobre 2014




.... ou ma déclaration d’amour à ce couple mythique du 7eme art : Gena Rowlands et John Cassavetes. 
Myrtle Gordon, une actrice de théâtre connue et reconnue, célébrée et adulée assiste, à la sortie d'une représentation ,à la mort accidentelle d'une jeune admiratrice venue l'attendre pour obtenir un regard, un sourire et un autographe de son idole.
Bouleversée et traumatisée par ce drame, elle refuse désormais de jouer ce rôle de femme vieillissante et semble victime d'hallucinations de plus en plus préoccupantes.
Soutenue par la troupe qui l'entoure, ses crises deviennent de plus en régulières et son penchant pour la bouteille aggrave son malaise alors que la date de la première de son prochain spectacle approche dangereusement.