La Photo du Mois : Sourire

15 août 2014


Un sujet bien facile quand on passe ses vacances en Indonésie , n'est ce pas ? 


A chaque jour sa photo, A'icha, Agnès, Akaieric, Alban, Alexinparis, Alice Wonderland, Ann, Anne, Annick, Arwen, Aude, Ava, Bestofava, BiGBuGS, Blogoth67, Blue Edel, Calamonique, Cara, Cécile - Une quadra, Cécile Atch'oum, Céline in Paris, Champagne, Chat bleu, Chloé, Christophe, Claire's Blog, Crearine, Cricriyom from Paris, Cynthia, Dame Skarlette, DelphineF, Dr. CaSo, El Padawan, Elsa, eSlovénie, Eurydice, Eva INside-EXpat, Fanfan Raccoon, Filamots, François le Niçois, Frédéric, Galinette, Gilsoub, Giselle 43, Gizeh, Guillaume, hibiscus, Homeos-tasie, Isa de fromSide2Side, Isa ToutSimplement, Isaquarel, Josiane, Julia, Kantu, KK-huète En Bretannie, Krn, La Berlinoise, La Dum, La Fille de l'Air, La Nantaise à Paris, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Laurie, Lavandine, Lavandine83, Les bonheurs d'Anne & Alex, Les Filles du Web, Louisianne, Lucile et Rod, Lyonelk, magda627, Mahlyn, Mamysoren, Maria Graphia, Marie, Marmotte, MauriceMonAmour, Memories from anywhere, Mimireliton, MissCarole, Morgane Byloos Photography, Nanouk, Nicky, Nie, Oscara, Philae, Pilisi, Pixeline, princesse Emalia, Renepaulhenry, Rythme Indigo, Sandrine, Sephiraph, Sylvie, Tataflo, Testinaute, Thalie, The Parisienne, Tuxana, Un jour, une vie, Woocares, Xoliv'

Le plus grand bien que vous puissiez faire à quelqu'un,
 ce n'est pas de partager ses richesses avec lui
 mais de lui révéler les siennes.
Benjamin Disraeli



My BlueBerry Nights de Wong Kar Wai

6 août 2014

My BlueBerry Nights Wong Kar Wai
My BlueBerry Nights Wong Kar Wai

De My Blueberry Nights, je retiens surtout 'le dialogue des clés' qui continue à me fasciner et une chanson de Cat Power : the Greatest.
C’est précisément un concert de cette artiste que j’ai eu la chance de voir au mois de Juin qui a ramené en mémoire tous ces petits picotements à mon cœur d’éternelle romantique que ce film engendre immanquablement à chaque fois que je le vois.

Les dialogues, Jude Law si attendrissant,  il n’en faut plus…
Ce film a sans doute été le début du virus Wong Kar Wai.
Ce n'est peut-être ni son film le plus caractéristique, ni le plus connu, mais un peu comme un baiser, c'était mon premier, les symptômes étaient là et je me suis laissée emporter, sans aucune résistance.

Jérémy est patron d'un diner new-yorkais, il fait la rencontre d'une jeune femme aux prises d'une déception sentimentale, Elizabeth.
Des parts de tarte aux myrtilles, des soirées de confession et un baiser plus loin, voici la belle envolée dans un road-trip thérapeutique.
Au cours de ses pérégrinations à travers le pays, elle rencontrera des personnages attachants tels que le mélancolique Arnie ou la joueuse invétérée Leslie qui lui feront oublier ses déboires amoureux.
En filigrane de son périple, elle enverra à Jeremy des cartes postales de ses ports d'attache temporaires, sans lui laisser la possibilité de répondre ou de la joindre.
My Blueberry Nights est une délicate histoire d'amour et de tendresse qui souffre un peu de la distance et de ces histoires parallèles.
Un barman qui chaque soir prête une oreille attentive à Elisabeth.

Il lui raconte des histoires de tartes de myrtilles car tous les soirs, il reste une tarte entière de myrtilles dont personne n'a voulu, ‘you can't blame the pie ! People just make other choices...",
Il lui conte des histoires de clés abandonnées dans un bol par des clients pour quelqu'un qui ne vient jamais,
Il imagine des histoires tout court.

Ce fil d'Ariane continue à travers des cartes postales qui traversent tout le pays, pour enfin revenir dans ce même bar, devant une tarte aux myrtilles, quelques mois plus tard.
Doux comme un beau rêve…


My BlueBerry Nights Wong Kar Wai

My BlueBerry Nights Wong Kar Wai

My BlueBerry Nights Wong Kar Wai


-tu pourras me raconter l'histoire qui se cache derrière ces clés
-pour quoi faire?
-pour savoir comment elles ont atterri dans ce bocal
- aller pioche.

- celle-ci appartenait à deux jeunes il y a quelques années, ils étaient assez naïfs pour imaginer qu'ils resteraient ensemble jusqu'à la fin de leurs jours
-qu'est ce qui s'est passé?
-il s'est passé la vie, les trucs, le temps quoi, c'est plus ou moins la même chanson à chaque fois
-ou bien peut être que l'un d'eux est parti pour quelqu'un d'autre
-si ce n’est pas les sentiments qui se sont envolés

-et celle-là?
-alors ces clés ont appartenus à un jeune gars de Manchester en Angleterre qui faisait le projet, qui rêvait de, de faire tous les marathons des Etats-Unis en attaquant avec New-York. Il devait tenir un journal qui raconterait ses aventures et il s'est retrouvé à tenir un café, par la suite elles ont été confiée à une jeune russe, une collectionneuse de clés et de couchers de soleil, l'ennui c'est qu'elle, elle préférait nettement les couchers de soleil et elle a disparu dans l'un d'eux

Le plaisir ne saurait attendre de Tishani Doshi

4 août 2014


En 1968, un jeune homme, Darmesh dit Babo, quitte sa ville de Madras dans le sud de l'Inde pour Londres.
La Grande-Bretagne, il en rêve depuis longtemps et espère y faire sa vie.
Avant son départ, sa mère, Trishala, lui rappelle les interdits : pas de viande, pas d'alcool, pas de tabac et pas de femme.
Une fiancée l'attend d'ailleurs en Inde.
Mais quelques semaines après son arrivée, Babo croise Sian, une jeune Galloise.
Coup de foudre.
Oubliée la fiancée indienne, oubliés les interdits.

Dans Le plaisir ne saurait attendre, l'amour est au cœur de l’histoire mais il ne s’agit pas non plus d’une histoire à l’eau de rose.
L'amour qui unit Babo et Sian est le chemin que l'auteur trace pour son récit, en les plaçant comme personnages principaux, avec les parents de Babo, sa grand-mère Ba et plus tard, leurs filles Mayuri et Bean, résultat d'une union de deux personnes différentes, de religions, de races, de cultures et de pays.
Ba, en particulier, est un personnage remarquable.
C'est une veuve vivant à Anjar, habitée d'une aura de sagesse éternelle, et qui vit entourée par les femmes du village et un eunuque.
Elle est l'aïeule, qui anticipe l'arrivée des membres de sa famille en y associant des odeurs.

Bordeaux : d'un pont à l'autre

31 juillet 2014

Bordeaux Pont de Pierre Chaban Delmas
Bordeaux Pont de Pierre Chaban Delmas

Impossible de découvrir Bordeaux sans se balader sur les quais.
La promenade la plus classique reste la boucle entre le pont Chaban Delmas, habituellement appelé le pont BaBa comme Bacalan Bastide, et le pont Saint-Pierre fierté des bordelais, dont je fais partie.  

Les Chroniques d'Indonésie : from Bali to Lombok

29 juillet 2014




J’ai été bien peu présente ces derniers mois sur ce blog et sur vos blogs, la faute à un quotidien qui bouscule un peu ma vie, mes pensées et me laisse parfois vide de toute motivation et inspiration le soir venu.

Je me rééduque doucement ….mais la grande rentrée sera dans 1 mois comme les enfants.
A mon retour d’Indonésie.