Parenthèses: Only lovers left alive de Jim Jarmusch

Only lovers left alive de Jim Jarmusch

01/03/2014

Only lovers left alive Jim Jarmusch

Only lovers left alive Jim Jarmusch
Je suis allée voir le dernier film de Jim Jarmusch sans en connaître le thème, le seul fait que ce soit un film de Jarmusch était suffisant pour attiser mon envie d’y aller.

La 1ere demi-heure pose les personnages et le contexte et l’on comprend que le metteur en scène nous offre sa vision moderne du mythe du vampire à travers l’histoire d’amour éternel d’Adam et Eve interprétés par Tom Hiddleston et Tilda Swinton, absolument sublimes en vampires underground et dandys qui traversent les siècles avec nonchalance.

La première ballade nocturne d’Eve dans la vieille ville de Tanger glace le sang.
La musique et la façon de la filmer au ralenti, la caméra juste derrière elle, la met en valeur et donne du corps à son personnage.

A l’inverse, Adam est présenté dans l’univers qu’il s’est construit chez lui, sa forteresse, ses instruments de musique, ses partitions.
Le ton est posé d’emblée, et met clairement en évidence les caractères des 2 personnages et l’opposition dans le couple.
Adam et Eve ne vivent pas ensemble, l’un est ancré résolument dans le passé et l’autre tourné vers l’avenir.

Adam vit à Détroit, ville qui fut très représentative des Etats Unis  à une époque proche, aujourd’hui dévastée par la crise et dans le film présentée comme une ville fantôme.
Il passe son temps à traquer les reliques du passé, en l’occurrence des instruments de musique et vit entourée d’objets représentatif d’une époque révolue, un vieux téléphone déglingué, un tourne disque...Etc.
Eve vit à Tanger, ville lumineuse et intemporelle, qui se dresse fièrement sur la côte méditerranéenne.

Leur amour n’en est pas moins fort et véhiculé par leur passion commune pour l’art, quel qu’il soit.

On plonge avec Adam dans la déprime, on apprécie les petits instants magiques volés à la vie avec Eve et on se laisse aller à vivre jusqu’au bout de la nuit avec Ava, la petite sœur frivole et immature d’aujourd’hui.

Jim Jarmusch nous offre un film hypnotique et contemplatif absolument splendide dans une atmosphère jazzy à souhait pleine de douce nostalgie amoureuse, d’un romantisme fou.

Encore une fois, après des chefs d’œuvres comme Stranger than Paradise ou le culte Down by Law, le réalisateur nous amène dans son univers parallèle, sombre et en même temps légèrement azimuté et parfois frivole.
On hésite les premières minutes, on se sent fautif, puis on finit par céder à la tentation..

A voir absolument.

Only lovers left alive Jim Jarmusch

Only lovers left alive Jim Jarmusch

Only lovers left alive Jim Jarmusch


Pitch : Dans les villes romantiques et désolées que sont Détroit et Tanger, Adam, un musicien underground, profondément déprimé par la tournure qu’ont prise les activités humaines, retrouve Eve, son amante, une femme endurante et énigmatique.
Leur histoire d’amour dure depuis plusieurs siècles, mais leur idylle débauchée est bientôt perturbée par l’arrivée de la petite sœur d’Eve, aussi extravagante qu’incontrôlable.
Ces deux êtres en marge, sages mais fragiles, peuvent-ils continuer à survivre dans un monde moderne qui s’effondre autour d’eux ?

Durée : 2H03
Casting : Tilda Swinton, Tom Hiddelston, Mia Wasikowska, John Hurt
Réalisateur : Jim Jarmusch 

17 commentaires:

  1. C'est sûr, c'est à découvrir !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai très envie de le voir mais je vais devoir attendre que mon ciné de quartier en ait une copie. Ton billet me met l'eau à la bouche :) Merci de ton avis Isa !

    RépondreSupprimer
  3. Fin que pour Tilda, je suis prête à faire le déplacement !

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connais pas ce réalisateur, ton billet me donne envie!

    RépondreSupprimer
  5. voilà, tout-à-fait, le genre de film qui me plairait!

    RépondreSupprimer
  6. je ne connaissais pas ... peut-être que je tenterai de le découvrir !
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Nous ne sommes pas fans d' histoires de vampires, par contre c'est Jim Jarmusch qui nous avait enchantées avec son "Down by Law" et son "I scream for an Ice cream", ce fût une véritable découverte. Nous hésitons toujours...

    RépondreSupprimer
  8. Du moment que c'est du Jarmusch, je prends (même avec des vampires dedans!)...

    RépondreSupprimer
  9. Très tentant en effet ! Bises

    RépondreSupprimer
  10. Je ne connais absolument pas ce réalisateur dont j'ai découvert le nom avec ce film et la BA ne m'avait pas attirée. Mais ma curiosité est aiguisée ...

    RépondreSupprimer
  11. Ce film est vraiment réussi. Tout devrait y être lourds et tout reste flottant. Quel plaisir de voir que Jim Jarmusch m'a conquise une fois de plus.

    RépondreSupprimer
  12. J'ai personnellement découvert ce réalisateur avec ce film ! Et maintenant que j'ai lu ton billet, je n'ai plus qu'une seule envie : le découvrir au plus vite !

    RépondreSupprimer
  13. J'hésite encore, j'ai peur de trouver ça trop déjanté !!

    RépondreSupprimer
  14. Merci pour ce résumé, je n'en avais pas entendu parlé.

    RépondreSupprimer
  15. J'ai été très perturbée, bouleversée par ce film... Il y a une forme de mélancolie qui m'atteint si bien...

    RépondreSupprimer
  16. Merci pour ton avis qui me fera peut-être changer d'avis! Les vampires n'étant pas mon truc et ayant vu peu de films de Jarmusch, je pensais passer mon tour mais après tout pourquoi pas... ;)

    RépondreSupprimer